top of page

Es-tu dépendant affectif dans tes rencontres ?

Dernière mise à jour : 31 mai 2023


Suis-je romantique ou dépendant affectif ?


Ce sujet me tient à cœur car j'accompagne beaucoup de personnes qui se posent cette question et qui se croient dépendants affectifs dans les relations.


Le monde a énormément changé ces dernières années. Pour reprendre l'ennéagramme -car nous modélisons également des pays- avec des typologies de profils d'influence culturelle, nous pouvions dire qu’auparavant la France était plutôt une influence de type quatre, qui comprenait des artistes romantiques avec Paris, le Moulin-Rouge, la romance, etc.


Autant, je me rends compte que désormais, dans tout l’Occident, et pas seulement en France, nous avons un glissement en termes de relations humaines de type sept en ennéagramme, avec des valeurs :


- de liberté ;

- d'autonomie ;

- d’envie d'abondance ;

- d'options ouvertes ;

- de non-engagement.


Nous voyons particulièrement cela à notre époque, depuis l'apparition des applications de rencontres. Que ce soit Tinder, Grindr ou bien d’autres, toutes ces applications de rencontres immédiates, de géolocalisation, où nous pouvons faire tout de suite des rencontres amoureuses.



Couple face à la Tour Eiffel


Comment ça se passe actuellement dans notre société ?


Ce sont des valeurs d'abondance qui sont prônées avec des rencontres immédiates.

Dès que ça ne va pas dans une relation, c'est très facile, on allume une application, on cherche quelqu'un d'autre.


On est dans une des valeurs actuelles de société où les relations ne sont pas approfondies et dans laquelle nous sommes donc dans l’abondance.


Avec cette société de consommation, cette volonté de liberté on passe rapidement d'une personne à l'autre.


Finalement, les personnes ne rentrent pas réellement dans des relations comme il y a plusieurs dizaines d'années de ça, où les personnes devaient être courtisées.


Ça prenait plus de temps, les personnes se mettaient réellement en couple, dans une relation, aujourd'hui, c'est la performance, l’autonomie, la liberté.


Ces valeurs actuelles de la société ne sont pas toujours très aidantes dans les relations. Car cela génère une importante perte d'estime de soi, une diminution de la valeur que l'on apporte à soi-même.

Beaucoup de souffrance !


J'accompagne aussi beaucoup de personnes, des femmes célibataires qui approchent la quarantaine et qui rencontrent des difficultés à construire une vie de famille, à avoir des enfants.


Les notions d'horloge biologique sont remises en question, elles rencontrent beaucoup d'hommes qui ne veulent pas s'engager dans une relation.


Ce n’est pas une époque évidente pour construire une relation approfondie, pour s'engager dans le temps.


Qu'est-ce qui est renvoyé aux personnes qui cherchent à vivre une relation ?


Cette relation est construite avec de l’engagement sur la durée.

Voici ce qui leur est souvent renvoyé :

« Ah, mais toi, tu dois être dépendant affectif, tu n’es pas normal. »


Êtes-vous dépendant affectif ?


Peut-être pas !

C’est simplement cette société de consommation qui a des valeurs différentes des vôtres.

Ce n’est pas forcément bien, étant donné que ça génère encore une fois beaucoup de souffrance.


Que dit-on en PNL et comment agir ?


En PNL pour entrer en relation, on le sait, on a le rapport.


Le rapport, comment ça se passe ?


La porte d'entrée dans la relation PNL, c'est la synchronisation.


Effectivement, vous pouvez choisir cette option de vous synchroniser à ce fonctionnement :

- de faire des rencontres ;

- de ne pas chercher à vous engager tout de suite ;

- de papillonner, rencontrer différents partenaires.


Puis voir, sans engagement, avec le temps et avec cette synchronisation, le fait de faire des activités, de faire des rencontres, de passer des bons moments ensemble.


Comment petit à petit, vous pouvez conduire la relation au fil du temps, trouver une personne compatible, avec qui vous pourrez construire un lien d’attachement.


Nous renvoyons beaucoup la dépendance affective aux personnes qui veulent s'engager.

Or, la dépendance affective existe aussi pour les gens qui craignent l'engagement.


Ce sont des gens qui mettent un mur dans la relation et dès qu'ils sentent qu’un attachement se crée, il y a quelque chose au niveau affectif qui se dissocie.


La relation devient complètement gelée et les personnes font machine arrière, ne veulent pas ou plus s'engager de peur de rencontrer de la souffrance au niveau affectif.


À ce moment-là, un désengagement, un recul, une distance émotionnelle et relationnelle est ressentie.


Comment agir en PNL ?


1. La synchronisation : vous allez faire beaucoup de rencontres et tout va bien se passer. Ou alors en étant détaché, souriant, ouvert, on essaie et on s’amuse.


Ou


2. La conduite : lorsque le rapport est créé alors vous exprimez vos valeurs.

Je ne suis pas sûr que cette solution vous amène finalement à construire des relations stables sur la durée. Il est possible que vous rencontriez beaucoup de personnes qui n’aient pas dans les mêmes attentes que vous et qui ont des valeurs différentes.


Qu'est-ce que je vais préconiser ?


Je préconise un tri sur soi.

Autrement dit, en allant à la découverte de vos besoins, vous allez identifier vos critères de rencontre, vos valeurs.

« Quelles est votre vision de l'avenir ? Qu'attendez-vous dans une relation ? Quels sont vos critères en termes de relations humaines, de qualités humaines chez votre futur(e) partenaire ? Allez-vous vous tenir à cette ligne de conduite pour éviter des désillusions ? ».


Effectivement, vous n'allez pas forcément faire de rencontres tout de suite.

Mais ce qui est important, c'est de vivre en accord avec soi-même, jusqu'à rencontrer cette personne qui aura la même vision que vous.


D’après les niveaux logiques de Robert Dilts :

« L’environnement, c'est tout ce qui est en bas. La vision, c'est tout ce qui est en haut des niveaux logiques, qui est même au-delà de l'identité ».


En portant cette vision, en croyant en ses rêves, dans cette affirmation de soi, dans cette référence interne, vous allez pouvoir rencontrer cette personne dans votre environnement, cette personne qui vous correspondra.


Vous devez sortir de cet état de culpabilité par rapport aux images de dépendance affective.

Elles sont souvent renvoyées par des personnes qui sont parfois elles-mêmes dépendantes affectives.


Elles craignent de rentrer en relation et finissent par être gelées au niveau du relationnel.

Alors qu'en réalité, la véritable relation va avoir une harmonie entre l'émotion, l'intellect et la sexualité. C'est là, où cette osmose va pouvoir se créer.

Il y a également un autre point qui est culpabilisant.


J'entends souvent des approches spirituelles très culpabilisantes dire :

« Quand vous vous aimerez suffisamment, vous allez pouvoir rencontrer quelqu'un. Donc apprenez à vous aimer vous-même ».

Toujours en prônant ces valeurs d'autonomie.


Je rencontre également beaucoup de personnes qui prennent du temps pour s'aimer elles-mêmes. Des personnes qui font du sport, qui mangent bien, qui font du développement personnel, qui nourrissent leur esprit avec des conférences et qui vont voir leurs amis. Cela n'est pas suffisant parce que l'être humain a besoin d'entrer en relation avec l'autre. L'être humain apprend à partager, à se connaître, à travers la rencontre de l'autre.


Ces approches spirituelles oublient l'essence même de la spiritualité que l'on ne se rencontre soi-même qu'à travers la relation et qu'à travers justement la relation à l'autre.


Comme le dit, Jiddu Krishnamurti :

« Est-ce que c'est être sain d'esprit que de vouloir s'adapter à une société malade ? ».

C'est peut-être simplement que vous n'avez pas rencontré les bonnes personnes, dans cette quête de soi, cette quête d'amélioration.


Vous avez probablement lu ou vu des approches spirituelles qui vous ont amené à renforcer cette culpabilité, à penser que c'était vous qui n'étiez pas normal !


J’ai envie de vous dire :

« Vous allez très bien ! Vous êtes peut-être juste romantique ».


La dépendance affective, c'est le moment où dans une relation, vous vous abandonnez complètement à l'autre, puisque cette personne manifeste beaucoup d'autonomie, de liberté dans la relation. Mais que malgré tout vous restez quand même avec ces personnes qui ne vous conviennent pas.


Effectivement, à ce moment-là, nous pouvons parler de dépendance affective, très couteuse en estime de soi.


C'est très douloureux, mais il y a une différence entre être romantique, aller vers cet idéal relationnel et être dépendant, autrement dit s'inscrire dans des relations toxiques et néfastes.

206 vues0 commentaire

Comments


bottom of page